Les entreprises françaises sont en train de se mettre en conformité avec le Règlement Général sur la Protection des Données – RGPD- mais la mise en application complète de tous des articles du règlement notamment ceux qui concerne le droit à l’effacement ou à l’obtention du consentement, exigent plus de temps.

Etat des lieux de la situation actuelle

En France le RGPD est mis en place petit à petit mais certains articles sont plus complexes à traiter que d’autres. Selon un responsable de cabinet d’audit, spécialiste de la gestion des données personnelles, la majorité des entreprises ont démarré leur processus de mise en conformité avec le règlement RGPD mais beaucoup d’entre elles ne savent pas comment s’y prendre pratiquement. On garantit la transparence et le caractère licite des traitements de données. En outre, on estime que 40% des entreprises européennes ont procédé à l’identification et à la mise à jour des avis de confidentialité concernant leurs clients. On estime aussi que 35% des entreprises font déjà l’objet d’une procédure de signalement pour effraction à la protection des données personnelles. Mais les spécialistes de la gestion des données personnelles se montrent confiants sur leur capacité à se mettre en conformité avec la nouvelle règlementation RGPD 2018.

Des solutions pour se conformer au RGPD

En vu de se mettre en conformité avec le Règlement Général à la Protection des données, les entreprises peuvent désigner un spécialiste de la gestion des données personnelles : Le DPO veille à la bonne application, dans l’organisme qui l’emploie, de la loi “Informatique et Libertés” relative à la protection des données personnelles. Les formateurs du spécialiste de la protection des données personnelles www.dpms.eu/ sont Correspondants Informatique et Libertés / DPO de nombreux organismes avec de nombreuses années d’expériences et ont mis au point une formation labellisée par la CNIL. En effet, mettre en place des mesures techniques et organisationnelles pour assurer la sécurisation des fichiers informatique et assurer la protection des données, doit être une priorité. Les entreprises ne disposent que de quelques mois pour attester de la conformité de leurs fichiers ou pour mettre en place un registre de traitement des données, au-delà de cette période elles encourent des risques sérieux.

Un défi énorme pour les entreprises

La mise en conformité avec le RGPD représente un défi majeur pour les entreprises européennes car le manquement à l’un des articles les rend passibles de graves sanctions financières. En effet, les amendes infligées aux entreprises malveillantes peuvent s’échelonner de 10 à 20 millions d’euros, entre 2 et 4% de leur chiffre d’affaires annuels si elles ne pas en conformité avec l’un ou plusieurs des articles du Règlement Général à la protection des données comme le droit de rectification, d’opposition, d’accès, droit à l’oubli … Le montant des amendes est tel que les entreprises peuvent facilement se retrouver en mauvaise posture financière.