Qu’il s’agisse de marchandises ou de matières premières ou bien de produits finis durant la production, il est nécessaire de recourir à l’évaluation des stocks disponibles. L’importance de cette évaluation est qu’elle détermine la valeur globale de votre production dans la tenue de compte de votre bilan.

Les règles générales de l’évaluation des stocks

Dès l’acquisition des approvisionnements, des matières premières et des marchandises, il faut les évaluer pour mieux gérer le stockage et rendre facile votre tenue de compte. Mais c’est durant la production que vous devez évaluer les stocks de produits finis ou en cours. Normalement, le coût d’un prix d’achat est moins étendu que celui du coût de stock. Contrairement au prix d’achat, le coût de stock comprend tous les coûts de transformation ou d’acquisition. Le coût des stocks comprend aussi les autres coûts pour rapporter les stocks dans l’état initial où ils doivent se trouver. Vous pouvez suivre le lien : www.getyooz.com pour plus d’infos.

Vous devez aussi calculer le coût d’acquisition en comptabilité, en ajoutant les marchandises et les matières premières vous obtenez la somme le prix d’achat des biens avec l’ensemble des vrais des achats effectués et rattachés de façon directe. Dans l’évaluation du prix d’achat, si vous déduisez des marchandises ou des matières correspondantes la TVA, alors il est retenu sinon la TVA est comprise dans le prix d’achat. Pour les frais d’accessoires d’achat, vous devez les lister selon les attribuables de façon directe à l’acquisition des matières premières correspondant à toutes les charges. 

L’évaluation du coût de production

C’est la production que ce soit en cours ou finie à évaluer étant la somme des matières consommées acquises dans le processus de transformation ou de production ainsi que les charges indirectes et directes de votre entreprise. 

Pour le coût d’acquisition des matières consommées, c’est la même évaluation que le coût d’acquisition des stocks dans l’automatisation tenue de compte. Pour les charges indirectes de production, elles concernent surtout les mains-d’oeuvre comme les charges sociales des ouvriers ou des salaires mensuels. Il peut aussi s’agir de sous-traitance qui contribue directement à la production de biens et à la réalisation de l’en-cours. La participation des salariés n’en fait pas partie et donc n’est pas retenue. Pour les charges directes de production, elles correspondent aux frais de production nécessaire pour la transformation des matières premières en produits finis. Les coûts qui ne figurent pas dans les coûts de production directe sont les frais généraux administratifs de l’entreprise, les frais de stockage et de distribution des produits finis ainsi que les frais de commercialisation comme la publicité, les foires, les catalogues, les frais marketings…

La valorisation des stocks en comptabilité

L’ensemble de matières premières, les produits finis, les marchandises ont chacun une valeur correspondante à une date “t” qui va subir des modifications et plusieurs paramètres qui serviront d’évolution de la production jusqu’à sa distribution. Quand l’entreprise va clôturer son exercice, vous devez examiner le montant exact des stocks dans la tenue de compte. Et c’est dans ce sens que vous allez évaluer la valeur qu’il faut retenir comme un coût de revient moyen ou le coût de production ou d’acquisition de produit relatif à votre entreprise.

Vous pouvez essayer deux méthodes, que ce soit par la méthode du coût moyen pondéré ou de la méthode du premier entrée et première sortie. Pour la première méthode, vous évaluez par rapport au total des coûts de production ou d’acquisition. Vous pouvez la faire à chaque entrée ou sur la durée moyenne de stockage. Mais pour la deuxième méthode, la valorisation de coût de l’article plus ancien c’est-à-dire le premier à y entrer dans toutes les sorties de stocks durant l’exercice de votre entreprise. Les stocks sont normalement par ordre d’ancienneté.